HISTOIRE DU CIMETIERE DE BOUGNON

 

Il n’existe pas d’archive de l’ancien cimetière situé derrière l’Eglise, mais si l’on se réfère à l’histoire des cimetières en France, on peut supposer que l’origine correspond à la construction de l’église. Celle-ci ayant été réalisée sur deux périodes XIIIe et XVIIIe siècle. 

Les personnes étaient inhumées, soit à l’intérieur, soit autour de l’église en fosse individuelle ou fosse commune, ou dans leur propriété. 

La gestion du cimetière était assurée par le clergé et ce n’est qu’à partir de la révolution de 1789 que l’administration en fut confiée aux communes.

C’est avec le décret du 23 Prairial An XII (20 septembre 1804) que NAPOLEON 1er officialise les nouvelles pratiques dictées par Nicolas FROCHOT à savoir :
• Aucune inhumation dans les églises ou lieux privés (sauf quelques exceptions : membres du Clergé, fondateurs d’hôpitaux…) ;
• Suppression de la fosse commune et inhumation en fosse séparée ;
• Obligation pour les communes de créer de nouveaux cimetières hors de l’enceinte des bourgs et des villes ;
• Possibilité pour les communes de créer des cimetières confessionnels suivant les cultes professés dans les bourgs ou les villes ;
• Acquisition possible par les familles de concessions de cimetière sous réserve de faire des donations en faveur des pauvres ou des hôpitaux
• Les pouvoirs de police des cimetières sont attribués aux autorités municipales.

Cette législation étant pratiquement celle appliquée actuellement.

En ce qui concerne notre commune, la décision de translater le cimetière est actée par une délibération du 29 octobre 1903, et une inscription à l’entrée du cimetière atteste de la date de mise en service en 1905.

En 1977, lors de la réalisation du lotissement des Montants, une sépulture fut découverte sur une parcelle. Les personnes enterrées là furent réinhumées au cimetière actuel.

Afin d’optimiser l’organisation du cimetière, et ainsi éviter un agrandissement coûteux, la commune a décidé de relever un certain nombre de tombes.
La procédure réalisée conformément à la législation en vigueur s’est étalée sur cinq années ; les travaux de relevage des tombes ont été menés avec respect et déférence. L’ensemble des dépouilles a été placé dans l ‘ossuaire; chaque dépouille a été réinhumée séparément. Tout texte, permettant l’identification des défunts, gravé sur les tombes ou inscrit sur le registre du cimetière de la commune, a été reproduit sur la plaque commémorative par ordre alphabétique. L’ensemble de la procédure validé par délibération du conseil municipal, ainsi que le registre, sont à la disposition des familles en mairie.
La procédure s’est déroulée de septembre 2009 à octobre 2016.
Dans l’ancien cimetière demeuraient quelques sépultures, les stèles ont été rassemblées derrière l’église.
On peut lire sur l’une d’entre elles une inscription en calendrier révolutionnaire ; ce qui est très rarement constaté.

Un emplacement pour recueillir les cendres mortuaires a été aménagé en 2003 avec la mise place d’un columbarium.
En 2016, la construction d’un deuxième columbarium, de cavurnes et d’un puits du souvenir permettent de déposer les cendres mortuaires selon les volontés de la famille du défunt.

Un règlement en date du 18 novembre 2016 a été établi.

Le plan du cimetière (fin 2019)